209 – Le Loir

De : Véro

A la veille du printemps, je me laisse à nouveau guider vers « Vagabondages ».
Et ce qui contribuera à faire le lien, c’est ce cours d’eau qui traverse nos villes & villages, le Loir. Comme un loir, je suis paresseux, et me laisse guider au gré des saisons. L’hiver se terminant, je vais tout doucement faire surface et prendre place quelquefois hors de mon lit; J’irai à la rencontre des jonquilles dans les prés, émoustiller les oisillons qui vont bientôt, montrer le bout de leurs petits becs. Et oui, sur mes quelques îlots, se nichent toute une faune. Le héron gris avec son envergure à l’envol qui me laisse pantois.
Et mes amis les canards, qui vont occuper une partie de mon espace & venir se tremper à l’arrivée de la belle saison. Je vais être admiratif devant ces grands oiseaux blancs majestueux qui se nomment, les cygnes & vont eux aussi se laisser transporter sur le sinueux parcours de la vie. Traversant une campagne qui a bien changé depuis ces dernières années. Mon lit s’est vu lui aussi quelque peu modifié, mais il a surtout vu disparaître une certaine quantité d’espèces de poissons, goujons, gardons, ablettes que certains venaient taquiner du bout de leur canne à pêche. il y a quelques années, on pouvait se baigner dans mon lit. Il y avait même des lavandières qui venaient battre leur linge dans mon eau limpide.
Je vous quitterai, cette fois-ci, mais sur une note optimiste, pour mieux vous retrouver une fois prochaine …