180 – l’arbre à rêves

De maud

Dans mon pays,
Il est un endroit
Où le rêve est permis
Dans mon Savigny,
Il est un arbre
Où les rêves sont blottis
Adossée à l’écorce de ce bois,
Je me mets à songer…
Tournée vers le ciel et ces milliards de lumières, je m’interroge…
Je me questionne et je rêve….

Je rêve tel un enfant insouciant parfois inconscient
Je ferme les yeux en pensant…
J’imagine un monde peut être un peu utopique mais un monde quand même…Une Terre sans foi ni guerre!
Je me tourne vers ces astres luisants
Qu’il est bon d’observer de temps en temps.
allongée dans les herbes hautes, les yeux levés vers ce ciel brillant, je rêve….
Je rêve de voir chacun s’animer à souhait; sans penser qu’il puisse être jugé.
J’ai hâte de rencontrer ce moment où chacun exocera ces folies pertinemment, exposera ses sentiments sans craindre un quelconque jugement.
Je rêve d’un monde pas si irréel, un monde où tout le monde s’aime; où empathie deviendrait philosophie.
Dans l’obscurités de ces nuits dorées,
Chaques éclats se transformeraient….
une étoile pour un effort de chacun
un petit pas main dans la main
qui feraient de ces étoiles si insaisissables, un voeu tout à fait réalisable….

Jules Renard, Journal: « Rêves de grandes choses , cela te permettra d’en faire au moins de toutes petites »