171 – LE BAL DES HIRONDELLES

De Danes

Par un beau jour de printemps,
où l’air tiède est plaisant.
Isolée du monde et du temps,
je communie avec Dame nature,
je déguste cet instant…
l’odeur de l’herbe fraîche,
la senteur des champs,
le soleil qui effleure ma peau,
le vent qui caresse mes cheveux,
je me laisse bercer par tous ses aveux.
Jolie hirondelle ma présence ne t’effraie pas,
Bien au contraire…
Tu danses autour de moi.
Tu virevoltes, blanc et noir, noir et blanc,
Tu m’invites à danser avec toi,
De tous côtés, tu es belle et gracieuse,
Tu flottes et tu flirtes avec moi,
Tu t’approches de plus en plus,
Je ne sais plus si c’est toi ou le vent qui me caresse, qui me frôle.
Je ne sais plus… mais j’aperçois,
Au bout de ton bec, un fil doré qui me relie à toi.
Jolie hirondelle, voilà
qu’autour de nous, il y a des milliers de serpentins, de figures,
une multitude de couleurs.
Jolie hirondelle je voudrais tant voler à tes côtés,
fais moi quitter la terre ferme.
Tu m’as envoûtée,
Envole toi un peu plus haut et fais-moi décoller.
J’ai tellement envie de te suivre et de voler à tes côtés
Voilà que tu t’envoles plus haut,
mes pieds ne touchent plus
la terre ferme,
notre danse colorée s’envole dans le ciel,
tout là-haut au bout de ton fils doré
je vole, je suis à tes côtés,
jolie hirondelle
fais-moi encore rêver…