192 – La Tour de Grisset

De Médiathèque du Perche & Haut Vendômois

Dans nos rayonnages « Fonds local » trônent quelques trésors insoupçonnés.

Y résonnent encore les vers d’un poète méconnu, ayant résidé à deux pas de la médiathèque.

Il a conté le Loir et ses contours, ses alentours et son histoire…

La Tour de Grisset

Rome avait implanté ses dieux dans notre Gaule
L’aigle de bronze hantait le sanglier de fer
Teutatès consentant montrait à Jupiter
Le Druide et la Flamine épaule contre épaule

Devant l’ample vallée où miroite le saule
Les deux cultes soudés dressèrent, près du Loir
Le petit temple ouvert aux caresses du soir.
Et l’un et l’autre dieu y conservait son rôle.

Mais la nature et l’homme unis au nouveau Dieu
L’ont détruit, ne laissant, isolée en ce lieu.
Que la cella, muée aujourd’hui en caverne.
Sous l’étreinte du lierre et l’état des trognards
Le vestige résiste à l’assaut des hasards :
Tumulus exilé dans un champ de luzerne.

Edmond Rocher (1873-1948)
A L’ombre de Ronsard Fréteval, 1914.

191 – Je me cache derrière!

De Gousseau

Nous devenons parfois des Etres irraisonnés, fluets dans nos corps et cloitrés dans nos pensées, mais aussi, bien sûr, des Etres dignes, aimants et aimés.(Extrait du livre ‘ Comment le dire?’ de Rousselet-Gousseau

190 – Aimer son animal de compagnie …

De Nadège

♫ ♫ C’est la mère Michel qui a perdu son chat
Qui crie par la fenêtre à qui le lui rendra
C’est le Père, l’eusses-tu cru (ou : Lustucru)
Qui lui a répondu
Allez la mère Michel vot’ chat n’est pas perdu …… ♫ ♫

Oh mère Michel ….

Charlotte n’ est pas réapparue depuis le 31 décembre 2016,

Elle me manque
Je l’ attends
j’ ai de la peine.

Je n’ ai point rencontré le père Lustucru…

Qui me rendra ma Lolotte ?

Olaf aussi a disparu ?
Enéa doit avoir du chagrin !!

Les choses de la vie !!

189 – Derrière la porte …

De Isashu

Une porte.
Au coeur de la forêt de Citeaux.
Dans le kilomètre carré voisin du village où je suis née.
Mes racines sont ici.
Dans cette forêt.
Au milieu de ces arbres à qui j’ai confié mes chagrins et mes rêves d’enfant.
Je m’y sentais bien.
A ma place.

La porte dite « de la chapelle ».
Abbaye de l’Aumône.
Ou plutôt ce qu’il en reste.
Calme.
Sérénité.
Chant d’oiseau.
Quarante ans après, j’aime toujours cet endroit.
Il m’apaise.
Fait vagabonder mon imagination …

Cette porte.
Qu’y a t’il derrière ?
Je la pousse.
Nous sommes en 1334.
Je suis le chemin qui serpente au milieu d’un tapis de verdure.
A ma droite, le logis abbatiale.
A ma gauche, la tour antique, aussi haute qu’un minaret.
Il est 9h du soir.
Les cloches appellent à la prière des Complies.
Puis, je l’aperçois.
L’abbé Mathieu.
Il sort de la maison conventuelle, un carnet à la main.
Mon coeur s’accélère…
Grâce à ce précieux carnet, je vais enfin savoir.
Je vais enfin percer le secret de cet endroit chargé de mystère …