033 – Un film à Selommes

De Bernard Duchesne

Nous sommes au XVè siècle.

Je m’appelle Jéhan de Tibivilliers. Je suis le seigneur de Selommes, dans mon château de Pointfonds, on dit aussi Puyfonds. J’y vis tranquillement, calmement. La guerre de cent ans ne m’a même pas touché, mais j’ai été très content, quand, aidé de Jeanne d’Arc, le roi Charles VII est devenu le roi victorieux. Je suis si tranquille à Selommes que je n’ai jamais rencontré le roi. Je suis pourtant très accueillant, suivant ma devise, figurant sur la porte de ma demeure : « Moeris tibi villerieus ».

Ma tranquillité ne va pourtant pas durer. Un soir, un cavalier, venant du Plessis, vêtu d’une grande cape ornée d’une fleur de lys, vient m’annoncer que, le lendemain, le roi lui même, le roi Louis XI viendra me visiter. Nous sommes au début de l’hiver, il fait déjà froid, et ma demeure, au bord de la Houzée, la rivière qui inonde les douves du château, souffre d’humidité.

Vilains, manants de Selommes, vous allez passer la nuit à aller chercher dans les bois de Montault, tout le bois sec que vous pourrez trouver. Je ne veux vous revoir que chargés de gros fagots.

La nuit se passe dans les préparatifs fiévreux. Les matrones, accompagnées de leurs filles coiffées de leurs bonnets à la mode du lieu sortent toutes les bassines disponibles et commencent à faire bouillir les cochonnailles sorties des saloirs. Il faut aussi cuire des pains et des pains dans le four banal, pour nourrir non seulement le roi, mais aussi toute sa nombreuse suite.

Il ne faut pas oublier non plus de rassembler le foin disponible qui sera nécessaire pour les montures des chevaliers accompagnant le roi.

Quel remue-ménage dans ce village qui n’a jamais connu une telle effervescence !

Le lendemain, devant tous les habitants rassemblés, éberlués, arrivent d’abord les hérauts d’armes tout caparaçonnés, accompagnés de trompettes et de cors.

De nombreux cavaliers, tous plus beaux, plus brillants les uns que les autres, entourant et protégeant le roi, renfrogné comme à son habitude, replié sur ses sombres pensées, le roi, l’ « universel araigne », comme on l’appelle irrespectueusement. Mais aussi les modestes serviteurs. Eux, usent leurs pauvres souliers sur les cailloux des chemins défoncés, et parfois boueux comme autour du fief du Bouchet Pelgruau.

… Le film comporte dix-huit épisodes…

032 – Dans mon kilomètre carré il y a…

De Anne

Des vallons, des fossés et des talus herbeux.

Des haies encore préservées et des prés, quelques trognes pour servir de refuge aux fées.

Dans mon kilomètre carré, au milieu des champs, des prés, des haies il y a…

Quelques paquets de maisons. Sans prétention.

Quelques maisons entourées de jardins, potagers et fleurs, sur lesquels règnent un ou deux chats la queue enroulée sur les pattes.

Quelques maisons entourées d’arbres fruitiers en rang, de centenaires isolés, gardées de chiens qui balancent la queue.

Dans mon kilomètre carré les maisons sont habitées de voisins tous connus et reconnus.

Travailleurs, du jour, de la nuit. Retraités, casaniers, toujours en vadrouille. Familles, composées, recomposées, nombreuses, monoparentales. Célibataires, amoureux de la liberté, entourés, associés…

Dans mon kilomètre carré…

Il y a ma maison. Celle des « artistes » disent ceux qui mésestiment les artistes, les gens « différents », originaux, nous faisant un compliment sans le vouloir.

Pleine de vie, pleine de gosses…

Pleine de famille, de copains l’été.

Pleine de la chaleur du feu, du poêle, des repas autour de la grande table l’hiver.

Dans mon kilomètre carré il y a les miens, et le temps de la ressource.

Il y a des bons petits plats et des bons bouquins.

Dans mon kilomètre carré il les miens et. mes racines…

030 – En Beauce et Gâtine, il y a une Médiathèque

De Sabe

En Beauce
Et Gâtine
Il y a une médiathèque

Où les enfants peuvent y lire : « Léo le pas beau »
Mais aussi « Les dinosaures de la cantine »
Et, y voir « La vie des Aztèques » !

En Beauce
Et Gâtine
Il y a une médiathèque

Où on peut découvrir ce qu’est un « Albatros »
Suivre « Marco Polo en Chine »
Tout en cherchant les règles d’une thèque !

En Beauce
Et Gâtine
il y a une médiathèque

Où, en Bd, on a le choix entre « Les gosses », « Little Kevin » ou « Pema Ling »
Ou encore « La vengance du comte Skarbek »

En Beauce
Et Gâtine
il y a une médiathèque

Où papa peut suivre l’Euro en hausse
Pendant que Titi cherche des comptines
Et que maman rend « Malek »

En Beauce
Et Gâtine
il y a une médiathèque

Où Elles ont aimé Rachel Hausfater,
Sofia Azzedine, Brigitte Peskine, et Jody Lynn,
Ainsi qu’Arnaud Le Gouëfflec

En Beauce
Et Gâtine
il y a une médiathèque

Où, qu’on ait ou non la bosse
On la peaufine
Aux ateliers informatiques

En Beauce
Et Gâtine
il y a une médiathèque

Avec surtout Lysiane et Ingrid
Toujours si avides
Qu’on n’en repart jamais les mains vides

En Beauce
Et Gâtine
il y a une médiathèque

Où les bénévoles y bossent
Dans une ambiance de copines
Heureuses de soutenir cette bibliothèque

En Beauce
Et Gâtine
il y a une médiathèque

Quelle chance !
Quand on y pense…
Malgré ce qu’elle nécessite comme dépenses !

En Beauce
Et Gâtine
il y a une médiathèque

Quelle bonne décision !
Alors, à l’unisson
Merci, Monsieur Buisson…

Selommes le 24/09/2010

029 – Les taupes du jardin de Michel et Janine

De : Marie-Françoise Pouleau

« Taup’50 » est la directrice générale de l’organisation « Au 3ème Taup’ »qui vit sous un grand jardin dont le gazon s’illumine de mille fleurs au soleil printanier.

Pressée de toutes parts par ses administrateurs, elle décide d’envoyer un émissaire chargé de prendre la température extérieure afin d’évaluer les risques de l’organisation face au réchauffement climatique .

Pour notre émissaire « Taup’secret » la première galerie est aisée à suivre, balisée de carcasses de lombrics, elle conduit à un vaste carrefour qui d’emblée nécessite un choix. « Taup’secret » dont les opinions politiques ne doivent pas être dévoilées, opte pour la ligne droite, le plus sûr moyen et le plus court chemin pour relier deux points.

Bien lui en prend, elle repère tout à coup un reflet doré semblant venir d’un renfoncement de la galerie. Ouf ! elle est sur la bonne voie ! Jouant du museau et des pattes, clignant des yeux par crainte d’être aveuglée, elle se précipite vers ce qui semble être un rayon de soleil qui lui aurait fait signe du fond des entrailles. Hélas ce n’est même pas une pépite d’or …. Simplement un papier d’aluminium que la terre n’arrive que très difficilement à digérer et contre lequel elle va s’écraser la truffe.

Se frottant les yeux de désespoir, car les taupes ne pleurent pas , elle repart vaillamment et se retrouve dans une galerie plus vaste, tout à fait ronde aux bords lisses et sur lesquels ses pattes n’adhèrent pas. Quel est donc ce boyau qu’on ne peut pas gratter ? Pas moyen de tenter l’aventure de ce côté. !

Elle fait alors demi-tour, repasse près de la lumière et revient au carrefour. Elle réfléchit et se remémore les sorties précédentes, il faut se déplacer verticalement ! Elle aborde un chemin qui monte, c’est sûr elle se retrouvera à l’air libre, il suffira de gratter quand elle arrivera au bout de la galerie. Elle grimpe et gratte avec ardeur, la terre roule sous son corps griffant au passage sa remarquable fourrure, elle atteint son but enfin !

Plus de mottes, plus de terre, une matière, une couleur qu’elle ne connaît pas lui barrent le passage Elle ne sait pas que le jardinier a posé son arrosoir sur la taupinière… Tant d’efforts anéantis, sa mission impossible à remplir. Elle revient ventre à terre , tête basse. Que va dire le chef ? Il sait bien pourtant qu’avec toutes ses odeurs nauséabondes qui se répandent dans le sol il est de plus en plus difficile de trouver son chemin et génétiquement pour les taupes il ne faut pas compter sur la vue.

Alors il faudra expliquer aux administrateurs qu’en l’absence de données concrètes , il conviendrait de faire des provisions, de se cantonner dans sa taupinière et bien sûr de s’adapter à son environnement…

028 – Tout au bout

De François Garnier

 

Au bout du chemin serpentin, tout au bout. Passés les sentiers forestiers, puis la montée lente sur le plateau constellé de rochers affleurants et de sépultures oubliées. Plus anciennes que la mémoire la plus ancienne. Le ciel glissant des lavis de grisaille, les bourrasques tièdes caressant les herbages. Quelques gouttes de pluie froide. Le pas hésite à suivre la pente douce qui s’enfonce parmi les troncs noués et gainés de mousses sombres. Et les clapotis clairs du ruisseau. Au bout, tout au bout.

027 – Le village enchanté

De : Lab

Il était une fois deux copains qui partaient en vacances. Louis s’endormait, il s’endormit vraiment et pensa…

A l’orée d’un village perdu au milieu de la campagne quelqu’un le regardait. Il demanda :

– « Bonjour qui êtes-vous ?  Je m’appelle Louis et vous ? dit Louis.
– Je suis Igor ANTOINE ! lui répondit l’autre.
– Et où sommes-nous ?
– Dans le village enchanté et magique de Selommes. »

Et dès qu’il prononça « Selommes », des licornes, des arcs-en ciel, des lapins, des humains, des fées apparurent…

Tout d’un coup, son ami le réveilla, ils étaient arrivés à Selommes.

Il lui arriva plein d’autres aventures.

026 – Joyeux anniversaire

De :  Isabelle Klausmanovaleck-Pally

 

Médiathèque Selommes

Voici 10 ans,
Tu as été implantée
Dans notre petite commune.

Voici 10 ans
Tu as fait ton baptême
Mais au fil du temps,
Nous t’apprécions beaucoup,
Car tu es un des poumon
Du patrimoine de notre commune.

Que chacun, chacune
Viennent te rendre visite
Et auquel, nous te souhaitons
Bon anniversaire !

025 – Les nuits dans mon kilomètre carré…

De Anne

Pour la liberté…
En performance.
Spectaculaires…
En travaux.
Sans courant!
A l’extérieur…
Sur le mur…
Victorieuses!!!
En nombre…
Festives.
Lumineuses…
Graphiques.
En miroir…
Flamboyantes…
Conviviales.
Colorées…
…longues…
Jusqu’au matin, certaines nuits riment…
…avec folie!

024 – La Pente des Coutis

De Drouard

Après avoir vécu 35 ans en région parisienne , nous sommes arrivés dans le pays vendomois pour y passer une retraite paisible . Nous sommes tombés amoureux de cette région pour sa qualité de vivre, ses nombreux châteaux, la découverte de ses villages troglodytes, son terroir et ses belles randonnées . Cette photo montre Vendôme en arrière plan depuis le vignoble de la pente des Coutis.