002 – canotage amoureux sur la Cisse

De : cac 45

A l’été 1927, Jean, mon grand-père célibataire de 31 ans, est invité par des amis à passer la journée chez eux à Coulanges. La température y est un peu étouffante et après un déjeuner constitué de trop nombreuses agapes, la digestion à l’ombre des tilleuls et à l’abri des canotiers de paille est douce et reposante. On y évoque la situation politique du pays, les dernières prises faites à la pêche, les cultures de blé et d’orges qui souffrent du manque d’eau et les dernières naissances chez Emmanuel et Thérèse ainsi que chez Pierre et Délie. Odette qui passe l’été chez ses grands-parents, admire discrètement cet inconnu qui s’enflamme dès qu’il évoque la nature, les chevaux ou ses pêches faites en Loire.
Après plus d’une heure passée dans une semi-léthargie à deviser vautrés dans les fauteuils de rotin, le frère d’Odette propose une promenade en canot sur la Cisse. Cette proposition suscite immédiatement l’enthousiasme général et une soudaine excitation anime toute la compagnie.
Chacun va s’équiper dans sa chambre pour affronter rayons brûlants et moustiques voraces, et la joyeuse assemblée rejoint les rives de la Cisse en sifflotant et rigolant, les hommes entraînant gaiement leurs voisines et entamant une course vers les embarcations. Les frêles rafiots ne permettant pas d’embarquer plus de deux personnes par esquif, chaque matelot propose son bras à l’une des jeunes femmes chapeautées et les couples se forment ainsi au milieu des rires et amusements. Jean tend sa main vers Odette qui y dépose la sienne, camouflant tant bien que mal son émotion, et elle enjambe le rebord du canot cherchant à s’asseoir au plus vite à l’avant afin de reprendre une contenance qu’elle a le sentiment d’avoir totalement perdue sous le nez de tous ses amis.
Jean, petit et svelte, accompagné de son inséparable fox-terrier, saute dans l’embarcation, ce qui provoque de dangereux remous qui éclaboussent le chemisier en lin d’Odette. Fou-rire général et chacun y va de ses maladresses contrôlées avec les rames pour éclabousser le canot voisin. A la suite de la torpeur de l’après-déjeuner, ces presque joutes aquatiques sont un bonheur pour chacun. La fraîcheur réveille les regards et les pilotes des canots commencent à quitter énergiquement le rivage. Le courant de la Cisse est calme et très vite chacun se laisse envahir par la douceur ambiante ; les mains ou les pieds se laissent aller à tremper dans le faible courant d’eau fraîche ; le timbre des voix devient plus sourd ; la nature les envahit de son végétal couvert ; un martin-pêcheur surgit d’un tronc de saule pour aller se réfugier en aval. Les rameurs abandonnent leurs rames pour laisser aller leurs embarcations au gré du courant et chacun recommence à deviser paisiblement.
Jean laisse le canot s’échouer sur une rive pendant que les autres continuent dans le courant.  Il explique à Odette combien il est heureux dès qu’il peut être en contact avec la faune et la flore et lui demande si elle aussi est émue par la nature. Odette lève le regard vers la cime des arbres et elle y aperçoit entre les feuilles les toits du château de Rocon.
Elle lui répond qu’elle est heureuse de venir retrouver sa famille dans cette campagne blésoise au patrimoine si riche, mais elle apprécie également être entourée d’amis et aime à se rendre aux spectacles en leur compagnie. Les cris des autres canots s’éloignent et un sentiment de plénitude s’installe entre eux deux. Jean propose à Odette de faire quelques pas au milieu des prés riverains remplis de boutons d’or. Ils s’éloignent en partie submergés par les hautes herbes. Le fox-terrier bondit autour d’eux tout en aboyant après un gibier invisible. Des appels lointains de leurs amis les réclament et faisant demi-tour, ils rejoignent la Cisse.
Six mois plus tard, Jean et Odette se fiançaient et ils transmirent à leur descendance leur profond attachement à cette rivière si émouvante pour eux.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *