099 – Sauvetage chez les CP!!

De : Maud

C’est dans « l’école des garçons » du village (devenue mixte) que j’ai fait, du primaire, mes apprentissages… Il y avait 5 à 6 classes, du CP au CM2 dispersées « en carré ».Au centre la cour de récré… avec quatre arbres plantés qui nous permettaient d’aux billes ou au loup jouer…des tours de cours effectuer…

Cette école j’en ai des souvenirs, des mauvais ou des plus gais, des frustrant, des plutôt marrants…J’ai des souvenirs oubliés et des, dans ma mémoire bien ancrée..

Parmi eux, une histoire de CP, de sauvetage, de pompiers.

J’avais 6 ans, je découvrais la lecture, l’écriture…ma maîtresse était jeune…enfin un peu plus que maintenant!!! car cette maîtresse de CP je la côtoie encore quotidiennement, elle est l’instit de ma fille en CM1 dorénavant….

Notre classe était la seule située à l’étage d’un bâtiment ; celui de gauche en arrivant…les marches en bois craquaient, cela raisonnait chaque fois qu’on l’y montait.

Nous avions les bons points cachés dans le cahier du jour pour récompensés nos efforts, nous avions Pierre, Olivier et Magali, de lectures nos trois amis dont on lisait régulièrement les péripéties…

J’avais 6 ans et sans le savoir j’allais vivre un grand moment….

Un jour, (était ce un lundi , mardi ou vendredi??? Ma mémoire me fait défaut sur ce point…), nous sommes alerter par une odeur, une fumée étrange venant du palier ou nos manteaux reposaient..puis alerte….puis ordre des « autorités » de ne plus sortir, de rester confinés…Un incendie s’était déclaré!!! Enfin rassurez vous, notre école n’a pas brûlé…c’était un incendie pour de faux, un incendie d’essai!!!!

Mais l’exercice lui fut bien réel….La maîtresse est restée calme et nous a expliqué la conduite à tenir et comment les événements aller à présent se dérouler puisque la porte de sortie de notre classe(à l’étage, je vous le rappelle, de qui plus est)était condamnée…Peut être même que des pompiers sont dans notre classe rentrés pour nous rassurer…Certains éléments restent dans ma mémoire floutés par les années passées…

Enfin, nous étions là, la vingtaine de camarades, la maîtresse et moi emprisonnés jusqu’à l’annonce de la sortie envisagée…A notre grande surprise on aperçut la grande échelle des pompiers se déployer….s’étirer (coté route)  jusqu’à la fenêtre de notre classe enfumée.Je crois qu’à ce moment là nous n’avions pas encore percuter ce qui nous attendait!!! Les camions avec leur gyrophares allumés et dans le contre bas garés….

Nous étions bouche-bée et en même temps excités; sans doute un peu stressés..nous allions devoir par la fenêtre nous échapper, descendre la grande échelle et regagner la terre ferme….

Branle bas de combat dans la classe..qui descend le premier ??? Comment s’organiser??

-Maitresse, je ne veux pas y aller!!!

-Maitresse, j’ai peur, c’est haut!!

-Maitresse, est ce qu’on va être accroché??

Les questions fusaient, une légère panique s’installait…et puis ..

-Il ne faut pas trainer!!! nous ont annoncé les soldats du feu…

Allez on y va…!!!

Ils nous protégèrent avec leur gros manteaux, nous harnachèrent, nous attachèrent à une corde…

On enjambe la fenêtre….Le spectacle est troublant..On voit nos copains des autres classes en bas qui observent cette évacuation particulière..On descend l’échelle en arrière, le pompier nous protégeant et par ses paroles nous rassurant…Les aller-retours s’enchaînent…La boule au ventre peu à peu s’apaise, la pression retombe, on respire à grandes bouffées le bon air…

Reste la maîtresse, la maîtresse en dernière..on l’encourage…elle descend…on applaudit de joie (je crois)….

Nous sommes tous sains et sauf!!!

 

Ce sauvetage je m’en rappelle encore aujourd’hui ….24 ans après…

2 Comments

  1. délia

    Beau souvenir ! dommage que notre mémoire floute ce que nous aimerions garder. Je me demande souvent si quand je raconte quelques uns des miens, ils sont réels ou pas. Personne n’a les mêmes. Sans doute parce qu’en plus de l’espace temps, il y a aussi la sensibilité qui rend la perception différente pour chacun.
    Merci de cette belle histoire.

  2. marin

    merci de votre commentaire.Le plaisir était pour moi de l’écrire!!!..et oui nos souvenirs flirtent sans doute, parfois, avec notre imaginaire, nos fantasmes…entre imaginaire et réalité….il faudrait tout écrire et ne rien perdre des meilleurs souvenirs…

    bien à vous

Comments are closed.