007 – La  » Baignade « 

De Maud

Quand je me ballade à la « baignade » de Savigny, le lot de souvenirs remontent en moi…
J’ai en tête ceux racontés par mes aieux, par mon papa me contant les plongeons dans la Braye, les cours de natation, les pontons quand la rivière était plus « belle » et qu’il y avait encore des poissons..
Il y a les mémoires des uns et des autres mais que tous s’accordent à en faire de jolis souvenirs pronant bonheur, insouscience et liberté.
Quand je me ballade à la « baignade » de Savigny, je repense aussi à son camping rempli, sa piscine et ses trois bassins,en été, toujours pleins de barboteurs aguerris, des maitres-nageurs saisonniers qui l’animaient et les nombreux campeurs qui l’investissaient…
20ans de cela et les choses ont bien changé.
Aujourd’hui la rivère est basse: on en peut plus s’y jeter; le camping est vide: il n’y a plus de convivialité; la piscine est clairsemée: nostalgie du temps où elle était bondée…
Près des saules pleureurs, au pied du pont gothique (« monument » emblématique de Savigny)qui voit la Braye s’assécher, les boulistes, eux, persistent..toujours fidèles…
Ils jettent boules et cochonnets; on entend la feraille s’entrechoquer.Rien à changer ou presque, les arbres ont été élagués, les terrains ont un peu évolué et un boulodrome couvert s’y est implanté.
Ce boulodrome a un nom: Jean Breton.Et à chaque fois, je me dis que ce devait être un type bien pour que les pétanqueurs lui rendent hommage de la sorte…
On ne peut plaire à tous et tous ne nous plaisent pas mais il semblerait que ce Jean là qui n’était , d’après les « on dit », ni célèbres ni champion avait fait des pieds et des mains pour qu’à Savigny on puisse jouer de juin à mai aux jeux de boules et cochonnets…Son voeu sera, après son décès, exaucé.
Quand je me ballade à la « baignade » de Savigny, je me perds dans son parc de loisirs aussi….Vaste, calme, reposant….mini-golf, parcours de santé, peupliers…
A la belle saison, on y croise toutes sortes de gens: des solitaires, des couples trentenaires,, des animaux errants, des pêcheurs, des amoureux de nature, des enfants se défoulant…
Il ya ce grand parc où il fait bon se ressourcer, marcher, s’évader et qui ne change au fil des années.
Ce parc a ce côté rassurant; que tout ne s’abîme pas au fil du temps…
Quand je me ballade à la « baignade » de Savigny, je me dis : voici de mon enfance, de mon « pays » un petit bout de paradis

One Comment

  1. Serre

    Oui Jean était une figure de la pétanque mais aussi de la piscine souvent près d’elle mais jamais dedans, un homme avec toujours le sourire. Il aurait fait un super grand-père. Il sera toujours dans nos pensées quand on passe par là.

Comments are closed.